Ludovic Debuisson

Êtes-vous fier de votre métier de chauffeur de camion ? Qu’est-ce qui rend votre travail si exclusif ?

Je suis très fier de mon métier, un métier passionnant et pourvu d’aventure en tout genre.

Chaque jours un nouveau défi, l’exclusivité de mon job est d’avoir des clients différents tout les jours, présent plus particulièrement sur la région bruxelloise, mais aussi le Benelux pour livré les chantier de construction en citerne de produit pulverant. Fier d’avoir la possibilité de me testé tout les jours…

Le « chauffeur le plus passionné » est évidemment un chauffeur très motivé. Quel est le secret de votre enthousiasme de tous les jours ?

Mon enthousiasme se fait ressentir par le plaisir de me levé chaque matin pour aller faire le plus beau job de la planète, il n’y a pas de son métier, mais le mien particulièrement me tient à cœur car cela fais plusieurs générations dans la famille que nous sommes chauffeurs… toujours l’enthousiasme voyagé au travers de nos jolies régions.

La sécurité routière aussi est importante. Quelle est votre position à cet égard ? Et comment la concrétisez-vous ?

Je tiens mon matériel le plus propre possible, chaque jantes est soigné à la force de mes mains. J’aime un camion Propre car cela représente la carte de visite de l’entreprise, même si il est vrai qu’en Belgique, ces dur dur de gardé un camion Propre une semaine !!!

Mais la propreté n’est qu’un éternelle recommencement.

La sécurité routière est pour moi essentiel, je ne joue pas avec le feu car tout peut arriver si vite…

Ceinture, interdiction de dépassement, temps de conduite, etc, tout cela est très important pour moi et est respecté à la lettre.

Je ne tiens pas à dégrader encore plus l’image que les automobilistes ont de notre profession !!!

À quel événement exclusif avez-vous déjà assisté ? Avez-vous pu afficher votre passion de manière particulière ?

J’affiche ma passion de chauffeur tout les jours, en arrivant chez les clients avec le sourire même si parfois, il y a un non retour de ce dernier, mais je me dit qu’il n’ont peut être pas la même joie de vivre que moi. J’essaie d’aller voir les rassemblements de camion avec les enfants et leurs transmettre cette passion si différente des autres. Ils adorent ça…